Crédit Agricole Aquitaine

vendredi 2 décembre 2016
par Résistante
popularité : 100%

Le 2 décembre n’était pas une date choisie au hasard, la date est symbolique : à Bordeaux, ce jour là était posée la première pierre de ce qui deviendra le nouveau bâtiment du siège de la Caisse Régionale.

La mobilisation a été forte sur chaque sites :
- AGEN 230 grévistes
- AIRE 110 grévistes
- Bordeaux 250 grévistes.

Le DG approché par des grévistes à Bordeaux, sur le site du nouveau siège, s’est échappé à la vue des cameras de FR3 : pourtant la grande majorité des médias n’est généralement pas un rude contradicteur du système financier en place, celui qui broie salariés et usagers sur l’autel des profits !!

D’autres responsables syndicaux engagés dans cette mobilisation ont rencontré à leur demande des représentants de direction dont les réponses sont bien loin de résoudre les problèmes rencontrés au quotidien par les salariés et les usages :

- quand les salariés réclament des embauches pour rendre correctement le service attendu par les usagers : un accueil humain, la possibilité d’obtenir un rendez-vous dans des délais acceptables, le traitement des dossiers crédits dans les délais convenus …

    • la direction propose la réallocation temporaire de salariés affectés à d’autres tâches.
    • Ce n’est pas une solution ! Après les crédits, les activités dépouillées souffriront à leur tour du manque de moyens. Ces difficultés viendront pénaliser l’appréciation des salariés, condamnant évolution de carrière et salariale à cause d’objectifs non atteints.

- quand, pour justifier leurs réclamations, les salariés réclament une évaluation concrète de leur charge de travail

    • la direction promet des réorganisations pour résoudre les difficultés
    • Ce n’est pas la solution ! Le quotidien le prouve : les réorganisations se suivent et dégradent de manière continue les conditions de vie au travail jusqu’à pousser les salariés à la grève aujourd’hui ! L’évaluation de la charge réelle de travail est indispensable partout. Les promesses d’adapter ça et là quelques portefeuilles sans engagement ferme n’est pas crédible : en négociation nationale, les dirigeants refusent de manière ferme, d’inscrire, dans l’accord de travail à temps partiel, l’adaptation de la charge de travail et des objectifs à la durée de travail réduite, au motif clairement affirmé qu’ils ne sont pas en mesure de tenir cet engagement !! Un comble qui en dit long … non ?

- quand les salariés rappellent que les alternants sont des apprenants qui ne peuvent occuper un poste

    • la direction répond, bien sûr vous avez raison d’ailleurs 85% d’entre eux sont effectivement en sureffectif
    • Et bien il est inacceptable que 15% occupent des postes ! L’alternance est un investissement de l’entreprise (comprenez un engagement de coût) dans la reproduction des compétences qu’elle exploitera ensuite. Lorsque l’entreprise achète une nouvelle machine, elle la paie (souvent plus cher que l’ancienne), et bien pour avoir une nouvelle force de travail adaptée aux besoins de l’entreprise, il est normal que l’entreprise la finance aussi !!

- quand les salariés réclament des augmentations de salaires, un déroulement de carrière

    • c’est sans aucune honte que la Direction se justifie  : en 2015 4% des salariés ont été promus et en 2016 ce sera 28% et la masse salariale a augmenté de 120 000 € / mois !
    • 4% de promotion en 2015, en voilà de belles opportunités de carrière ! Pas très surprenant que les jeunes entrant fortement diplômés se sauvent ailleurs !!
    • +120 000 € / mois pour 2582 salariés, c’est 46 € brut en moyenne mais en réalité c’est rien pour une majorité, un peu pour certains et beaucoup plus pour d’autres et pour le DG Groupe c’est 35 000 € de plus chaque mois !

- Enfin quand les salariés grondent contre l’outil informatique, contre des formations e-learning obligatoires et inadaptées à leur travail

    • la direction répond : "Alors là, c’est pas nous, pas nous !! Les formations c’est le régulateur qui les impose et l’informatique, c’est CATS !"
    • Mais qui a fauté et poussé à la régulation ?
    • Qui privilégie le multitâches à l’expertise ? L’accueil : une mission …
    • Qui a choisi un système informatique unique pas trop cher, développé par 1000 informaticiens de moins ?

De toute manière, la Direction est confiante, elle entend l’ADHESION des SALARIES à SON projet d’entreprise.

Souffrirait-elle de schizophrénie ou serait elle animée par l’esprit sain ?

Elle serait mieux inspirée d’écouter les salariés, de comprendre leur mal être et d’enfin accepter de gagner moins pour travailler mieux, rendre leur sérénité aux salariés et satisfaire les usagers : le bon sens que le CA semble avoir perdu !


0 vote

Commentaires

Agenda

<<

2017

>>

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois