Lettre ouverte à la Fédération Nationale du Crédit Agricole, à la direction du projet Nice, aux directions des actuels GIE et aux Directions Générales des Caisses Régionales de Crédit Agricole.

jeudi 29 octobre 2009
par Ben
popularité : 90%

Mesdames, Messieurs,

Il est du devoir des organisations syndicales de faire remonter leurs inquiétudes sur les décisions que vous envisagez de prendre concernant le projet Nice, tant sur le plan de leur faisabilité, que sur le plan des conséquences sociales et de leur impact sur les conditions de travail.

Nous avons très tôt manifesté notre volonté d’être partie prenante à cette étude de faisabilité. En effet, notre rôle ne peut pas se limiter à "gérer" après coup les seules conditions d’accompagnement des changements pour les salariés. Il est également de notre responsabilité de vous faire remonter les risques pour les femmes et les hommes qui travaillent quotidiennement dans le groupe, car ce sont eux qui le font, c’est de leur travail que dépendra la réussite de ce projet ambitieux.

C’est la raison pour laquelle les organisations syndicales tiennent à vous alerter d’ores et déjà sur leur ressenti et sur ce qu’elles entendent dans les différentes entités du groupe :

- Nous ne sommes pas opposés par principe à la construction d’un Système d’Information commun, avec création d’une Maîtrise d’ouvrage et d’une Maîtrise d’œuvre uniques.
- Vous annonciez la construction d’un outil moderne, fiable et évolutif donc un chantier que nous imaginions sur 10 ans. Votre projet s’oriente vers une cible trop rapidement atteinte vous permettant prioritairement d’économiser des emplois d’informaticiens.
- La perspective d’un plan de charge cible à 140 000 J/H en 2014 nous parait irréaliste par rapport à ceux des grands groupes bancaires français mutualistes comparables, et met en danger, dès l’origine, la possibilité de réussir ce projet.
- L’objectif d’un Système d’Information unique ambitieux doit se traduire par un investissement sans réduction des effectifs hors effets d’âge.
- Enfin, les organisations syndicales signataires de ce courrier tiennent impérativement à ce que des solutions de reclassements en interne soient trouvées pour tous les salariés dont le poste est supprimé, et sans pression de la part des directions. L’actualité récente nous a montré les risques psychosociaux et les drames humains que peuvent provoquer, chez les salariés, des mesures sociales trop dures. Le Crédit Agricole mutualiste doit se montrer exemplaire sur ces sujets.

En conclusion, devant ce constat de grands dangers qui engagent votre responsabilité, nous demandons l’arrêt du projet tel qu’il se dessine aujourd’hui pour vous permettre d’engager des actions sur les points ci-dessus. Un tel projet ne peut se construire de façon sérieuse dans un délai aussi court, sans un accompagnement important des salariés concernés, et donc avec des moyens en jours hommes et en effectifs suffisants afin d’aboutir à un projet socialement responsable.

D’autre part, nous vous rappelons que ce projet doit comporter un volet spécifique à chaque entité afin que les Comités d’Entreprise puissent valablement donner leur avis.

Nous attendons de la part de nos directions une véritable écoute de leurs salariés. Cette lettre ouverte se veut être une alerte concernant les décisions que vous comptez prendre, afin que ce grand projet d’entreprise soit mené de façon sereine, condition essentielle de sa réussite.

Les Organisations Syndicales suscitées

PS : Nous sommes toujours dans l’attente de l’identification du personnel concerné par ce projet. Nous vous rappelons nos préconisations concernant :
- l’internalisation d’activités stratégiques pour le Crédit Agricole,
- la polyvalence des sites permettant une meilleure affectation du personnel,
- un fonds de péréquation pour les coûts sociaux et l’accompagnement du projet,
- et d’autres éléments relevant de la négociation.


1 vote

Commentaires

Agenda

<<

2017

>>

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois