Droit du Travail (3)

vendredi 6 octobre 2017
par Résistante
popularité : 100%

Certains pourraient penser : "nous avons un emploi, nous avons de la chance" !

Et d’autres pourraient se dire : "nous travaillons pour une grande banque française qui a traversé la crise et nous bénéficions d’une convention collective !".

Pourtant nous devons nous rendre à l’évidence, nous, salariés avec un emploi dans une grande banque française, sommes contraints dans nos vies :
- par la stagnation de nos salaires quand tout augmente, au point que même lorsque nos salaires de base sont reconnus en dessous des salaires du marché, nos dirigeants procèdent par transfert d’éléments de rétribution plutôt que d’augmenter les salaires conventionnels (cf les accords de rétribution globale) …
- par la détérioration de nos conditions de travail qui pèse sur notre bien-être, notre vie de famille et parfois aussi sur notre santé.

Les résultats des Caisses régionales sont cette année affectés par les orientations stratégiques de nos dirigeants telles que le sauvetage de CASA par l’opération EUREKA du fait de sa position délicate issue des choix antérieurs (des pertes issues d’un développement externe hasardeux ….. l’entrée en bourse d’une banque mutualiste …).

Par ailleurs, le contexte économique est difficile mais il est lui aussi issu du comportement des banques ! Les contraintes réglementaires dont se plaignent nos dirigeants sont directement liées à leur pratiques. Alors le PNB peine à croître !!

Mais qu’à cela ne tienne, le résultat (PNB - Charges) s’il ne peut se faire par le développement du PNB, se fera par la compression de ce qu’il nous reste d’emplois et de salaires !!

La loi El Khomri et les ordonnances offrent à nos dirigeants un arsenal de mesures qu’ils ne tarderont pas à utiliser pour retrouver de meilleurs résultats !!

La loi El Khomri :
- Facilite la mise en place d’accords défensifs (« maintien de l’emploi ») mis en œuvre en cas de difficultés économiques

    • Qui peuvent baisser les salaires et/ou augmenter le temps de travail

- Facilite les licenciements économiques

    • Lors de la baisse du chiffre d’affaire (PNB) sur 4 trimestres consécutifs pour les entreprises de 300 salariés et +

- Crée l’accord offensif de « préservation et de développement de l’emploi (APDE) »

    • conclu sans attendre que l’entreprise soit confrontée à de graves difficultés économiques
    • il peut modifier le calcul de la rémunération (REC) ou la durée du travail (RTT)
    • À l’encontre des dispositions du contrat de travail , il s’impose au salarié.
    • Et si le salarié refuse ces dispositions, l’employeur peut le licencier.

- Ouvre la négociation du temps de travail (RTT) dans l’entreprise à l’encontre de la convention collective.

Les ordonnances vont plus loin encore :
- Elles ouvrent la négociation des primes (ex : 13eme mois, RCC et congés spéciaux…) à l’entreprise à l’encontre de la convention collective
- Elles diminuent le délai de recours aux prud’hommes pour les impertinents
- Elles limitent les indemnités en cas de licenciement abusif reconnu
- Elles augmentent la prime de licenciement économique en cas d’ancienneté inférieure à 10 ans (ouf !) … mais ces dispositions sont inférieures aux dispositions conventionnelles CA … et l’application du premier point pourrait donc ramener les primes au CA à des montants moins favorables (gloups !!)

Voilà, ce qui nous pend au nez !!

Alors que le Groupe réalise de beaux bénéfices et distribuent toujours plus de dividendes !!

Et que nos impôts sont distribués à nos employeurs sous forme de CICE, CIR ou viennent combler en partie les exonérations de cotisations sociales (part de nos salaires qui figurent sur nos fiches de paie comme si elles étaient complètement versées !!). La part de cotisations exonérées, non comblée par nos impôts, nous la payons aussi à coup de désengagement sur les remboursement, augmentation du forfait hospitalier, minoration des retraites, recul de l’age des retraites, baisse des APL, suppression des allocations familiales …

Et les services publics ne sont pas épargnés par ces mesures d’austérité pour les uns et de cadeaux pour les autres ! Ils sont dépecés, privatisés pour être commercialisés, au point que même des Maires organisent maintenant des mouvements de Grève dans leur commune pour défendre, un peu tardivement, ce qu’il reste de services publics !

La réforme de la formation professionnelle viendra très probablement frapper l’indépendance des syndicats qui, quoi que l’on en dise sont les derniers remparts des salariés.

Là encore, les salariés doivent se poser les bonnes questions car syndiqué ou pas, qu’il vote pour la CGT ou pas, lorsque la pression patronale s’abat sur eux, les salariés se tournent très souvent vers la CGT !!

Ils utilisent le syndicat comme un produit de consommation courante sans conscience que la force d’un syndicat est intimement lié à leur adhésion et participation.

Alors les organisations syndicales sont systématiquement stigmatisées avec un mépris de plus en plus outrancié : et il y a un but à cette manœuvre !

La mobilisation des routiers démontrent à la fois que la lutte paie et que notre interprétation des ordonnances n’est pas fantasque.

Si les routiers ont obtenu la sanctuarisation de leurs primes dont leur 13eme mois, c’est bien la preuve que les nôtres sont en danger et que nous avons le pouvoir d’imposer d’autres choix, une autre répartition des richesses, une vie meilleure pour nous et nos enfants demain !!

Nous devons massivement nous mobiliser !!


0 vote

Commentaires

Agenda

<<

2017

>>

<<

Décembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois