Temps de travail : Examen du projet d’accord

mercredi 30 septembre 2009
par Ben
popularité : 100%

 Déclaration et Constat de la délégation nationale CGT CAM :

La CGT n’était pas signataire de l’annexe 2 de la convention collective du 13 janvier 2000, elle avait décidé collectivement de 32 heures sur 4 jours, sans diminution de salaire bien entendu, avec la véritable volonté de créer des emplois nets pour améliorer à la fois les résultats commerciaux de l’Entreprise, développer les parts de marché du Crédit Agricole, et améliorer les conditions de travail et de vie des salariés.

Aujourd’hui, si nous faisions un peu d’histoire, nous pourrions considérer que la dernière grande réforme qui a véritablement changé la vie personnelle et professionnelle des travailleurs date de 1936 avec la mise en place de la semaine de 40 heures et les congés payés. Cette avancée sans précédent faisait pourtant suite à la terrible crise de la spéculation capitaliste de 1929 qui ne sera malheureusement pas la dernière. Le programme de 1981 avait pris en compte 2 revendications, la retraite à 60 ans et les 35 heures. Il faudra attendre 2000 pour qu’un tel projet voit le jour, mais avec quel objectif et dans quelles conditions au Crédit Agricole ? Nous pouvons nous réjouir de ne pas avoir signé, lorsque nous voyons comment les engagements pris dans le préambule ont été aussi peu respectés.

En effet le Crédit Agricole a profité de cette loi, pour encore améliorer son coefficient d’exploitation en diminuant les effectifs (des embauches certes, mais un nombre plus important de départs).

Dans un même temps, les objectifs n’ont cessé de croître et les conditions de travail de se dégrader. Quelques chiffres dont vous êtes si friands pour illustrer ce constat en parfaite contradiction avec vos engagements.

L’effectif moyen CDI des CR en 2001 était de 60183* ETP, en 2008 de 59528* ETP. Le PNB quant à lui est passé de 9.892* Mds en 2001 à 12.345* Mds en 2008 soit une progression de 24.8 %. Pour mémoire il était à 13,079* MDS en 2007. Les salaires et traitements sont passés de 2.127* Mds en 2001 à 2.354* Mds en 2008 soit + 10.67 %. Depuis 2002, le niveau des résultats dépasse le niveau de la masse salariale, exception faite de 2008, mais nous savons tous pourquoi ! La productivité par ETP soit PNB/Effectif est passée de 164365* en 2001 à 207378* en 2008. Soit une progression de 26,16% ! La rentabilité par ETP soit RN/ETP sur cette même période est passée de 32 429* à 55866*. Soit une progression de 72.22 % !

LES CHIFFRES (* même approchants) PARLENT MALHEUREUSEMENT D’EUX MEMES, ET NOUS NE POUVONS PAS DISSOCIER LE SUJET DU TEMPS DE TRAVAIL DE CELUI DES CONDITIONS DE TRAVAIL.

Nous sommes bien entendu favorables à un accord le plus précis possible dans ses termes, qui permettent aux salariés de vivre mieux leur quotidien.

 Analyse du projet d’accord

Nous soulignons que le projet prévoit le maintien du nombre de RTT mais qu’il n’apporte pas d’amélioration à l’existant. Nous avons relevé un certain nombre d’éléments qui nous interpellent et qui devront être expliqués notamment les propositions des CR dans les négociations locales sur : le surcroît d’activité, le télétravail, le délai de prévenance, les heures supplémentaires, l’élargissement de la convention de forfait et les raisons d’un accord sur 2 ans (échéance 31.12.2011).

 La proposition CGT : les objectifs recherchés

Que recherchent les collègues aujourd’hui, encore plus qu’en l’an 2000 ? Ils recherchent une qualité de vie aussi bien dans leur travail que dans leur vie privée et il se trouve qu’il y a une véritable interdépendance des deux, parce que le fait d’être mal au travail (et là personne ne peut le nier…ça existe, même au Crédit Agricole) agit sur la santé et la relation familiale. Ce que je contiens en moi au travail, par peur, par solitude…injustice, colère, eh bien je l’exprime en rentrant à la maison.

Si l’objectif premier de la loi AUBRY, confirmée dans vos intentions en 2000, faire des embauches pour compenser la RTT, améliorer les conditions de travail, etc.… avait été respecté, aujourd’hui nous n’aurions pas à traiter le dernier sujet de la séance : « les conditions de travail ». Nous ne reviendrons pas sur les 32 heures sur 4 jours qui était et reste une bonne proposition, mais ne répond peut être plus aux souhaits des collègues.

 Créer les emplois compensant la mise en place des 35 heures, comme il aurait dû se faire

60000 salariés x 39 heures /35 heures = 66857 salariés soit à minima 6857 nouvelles embauches nettes, autrement dit d’augmentation d’encours. Prenons l’exemple d’une Caisse Moyenne de 2000 salariés ayant eu approximativement 10% d’augmentation de salaire depuis 10 ans avec un résultat actuel de 120 millions d’euros, sollicitée en 2008 par CASA pour quelques 350 millions d’euros. 2000 salariés x 39 heures / 35 = 2228 salariés soit 228 créations d’emplois nettes. Coût pour la CR : 228 salariés x 3000 € bruts x 13 = 8 892 000 €/an. En augmentant comme demandé de 400 euros mensuels nets, l’ensemble de ses salariés. Coût pour la CR : 2000 salariés x 800 €* bruts x 13 = 20 800 000 €/an. Soit un total de 29 692 000* euros, soit 24% de ses résultats, soit 2 fois l’enveloppe d’intéressement, soit 12 fois moins que la sollicitation CASA (6%), avec des résultats sur investissement tout autre : gain de part de marché, conquête, fidélisation de la clientèle, développement du PNB. *Chiffres approchants

Si d’un point de vue financier, ce n est pas le bout du monde, d’un point de vue social, quelle belle réussite pour le Crédit Agricole, une Entreprise où on a envie de travailler. Des qualités de travail et de vie extraordinaires, un travail partagé, une simplification de l’organisation, un meilleur service à la clientèle, un salaire décent.

Voici pour la CGT les bases essentielles à un accord sur l’organisation du travail

Prochaine réunion nationale de négociation : mercredi 4 novembre 2009


3 votes

Commentaires

Agenda

<<

2017

>>

<<

Septembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois